Tous les articles par CDI Lycee Siegfried

L’Histoire, avec Mme Polak

Il y a  un mois, le jeudi 6 février, dans la simplicité d’une salle de classe du lycée professionnel André Siegfried, une trentaine d’élèves ont été, le temps de deux heures, témoin de l’Histoire, l’histoire avec un grand « H ».
 En effet, c’est avec beaucoup de sensibilité et d’émotion, qu’a été accueillie une personne bien singulière du nom de Simone Polak.
Simone Polak, âgée de 90 ans, est une femme juive, originaire de Saverne qui a survécu à plusieurs camps de concentrations et ghettos, mais surtout au camp d’extermination d’Auschwitz. Témoins des horreurs du passé, elle nous a fait l’honneur de venir témoigner de son parcours de vie et ainsi d’assurer la perpétuation de la Mémoire.
C’est à travers un récit poignant qu’elle a tenue en haleine la salle toute en entière, c’est de part sa force de vie qu’elle a su captiver et fasciner les élèves, mais c’est surtout de part son sourire et la résilience vécue qu’elle nous a enseigné une leçon de vie :
« La haine n’est jamais la solution, la haine n’apporte rien.»
Alors même qu’elle a vécu les pires horreurs, souffert des pires douleurs autant physiques que morales, et côtoyé la mort pendant des années, jamais elle ne s’est plainte.
Son histoire est lourde, mais son récit, lui, était d’une légèreté presque déconcertante.
Elle n’était pas là en tant que victime, mais plutôt en tant que preuve vivante que la persévérance vient à bout de tout.
C’était une chance unique de pouvoir la rencontrer, et il est certain que ces deux heures privilégiées passées en sa lumineuse présence, resteront à jamais gravées en chacun de nous.
Ludivine Amann, service civique à la casa des lycéens

Voyage d’étude à Auschwitz : Leçon de tolérance et devoir de mémoire pour les élèves du lycée des métiers André Siegfried de HAGUENAU

Le mercredi 5 février 2020, les enseignants du lycée des métiers André Siegfried (Mmes  L.GEOFFROY  (Lettres Histoire), I.L’HUILLIER –RICHARD (Anglais) et  A.BRASSEL (arts appliqués) ont participé avec leur classe (1 ARCU) au voyage d’étude à Auschwitz  en Pologne grâce à la région Grand Est  et au mémorial de la Shoah  qui, chaque année sélectionnent  des projets pédagogiques dans lesquels s’inscrit  ce voyage. Un avion était affrété au départ de l’aéroport de Entzheim à Strasbourg  par le Mémorial de la Shoah.  26 personnes ont donc passé la journée sur les sites d’Auschwitz-Birkenau. Une journée complète dédiée à l’histoire. Celle qui fait froid dans le dos. Durant le transfert par bus, des guides francophones du musée d’Auschwitz ont présenté un historique de la Pologne et de la présence des juifs en Pologne, qui a commencé il y a plus de mille ans.

La matinée fut consacrée à Auschwitz II-Birkenau, le plus important camp d’extermination mis en place par les Nazis pour la « Solution finale ». Des trains entiers de déportés juifs et tziganes arrivaient de toute l’Europe et notamment de France. Après des voyages de plusieurs jours dans des conditions épouvantables (soif, entassement, mauvais traitements…), 80 % des gens, surtout les femmes, les vieillards et les enfants, étaient directement envoyés vers les chambres à gaz, sous prétexte de prendre une douche. 4500 personnes en moyenne par jour mourraient puis étaient brûlées dans les fours crématoires. Ceux qui étaient envoyés au travail n’avaient le plus souvent qu’un sursis avant de mourir à leur tour de maladies, privations ou affaiblis dans les chambres à gaz. L’après-midi fut consacré à Auschwitz I, camp de concentration destiné aussi aux juifs surtout polonais et aux déportés (résistants, …) de tous les pays. De nombreux Etats ont un « block – mémorial » pour leurs ressortissants victimes du totalitarisme nazi (exemple de la France). Environ 1 300 000 personnes ont été victimes ici de la barbarie nazie sur 5 à 6 000 000environ pour l’ensemble de l’Europe dans les camps de concentration et d’extermination, les tueries systématiques. Tout au long de la matinée, les élèves ont pu bénéficier d’explications d’un historien du Mémorial de la Shoah et n’ont pas hésité à lui faire part de leurs questions, de leurs doutes parfois et de leur incompréhension devant l’horreur.
Ce voyage a été préparé en amont au mémorial de la Shoah à Paris où les élèves ont eu la chance de rencontrer et d’échanger avec un témoin rescapé d’Auschwitz Daniel URBEJTEL (convoi77). Daniel, au bord des larmes à plusieurs reprises a raconté les épisodes douloureux de sa déportation depuis l’arrestation de sa famille jusqu’à sa libération. Les élèves ont été extrêmement sensibles à son témoignage (Ils ont fondu en larmes…).

Cette journée sera gravée dans leur mémoire.

Comment et Pourquoi l’école doit- elle enseigner les génocides ?

En optant pour l’étude comparée des génocides. En mettant en lumière L’universel et le particulier, les institutions et les individus, la remémoration du passé et l’édification de l’avenir.
Enseigner les génocides permet de faire comprendre l’impact de l’histoire sur notre société, de saisir les concepts centraux comme la « démocratie », « dictature », « résistance », « propagande » et « collaboration ».

L’analyse du témoignage de Daniel URBEJTEL  a permis aux élèves d’intégrer une dimension humaine à  l’étude du génocide et de trouver la juste mesure entre analyse critique et empathie. Il permet également de les sensibiliser à d ’autres génocides  actuels  comme les Ouighours  et  les  Rohingyas.

Les jeunes doivent être des passeurs de mémoires.

 

Jobdating au lycée André Siegfried !

4 apprenties en BTS SAM du CFA André Siegfried organisent un un jobdating dédié à l’apprentissage, pour le compte de leur CFA.

Pour tous ceux qui sont à la recherche d’un apprentissage, vous pouvez participer et tenter de rencontrer votre futur employeur.

Rendez-vous le lundi 23 mars de 17h à 20h, munis de vos CV et lettre de motivation

Elles vous remercient d’avance pour votre participation !

La soirée Remise des diplômes

Comme chaque année, une soirée Remise des diplômes a été organisée au lycée A Siegfried de Haguenau le 12 décembre 2019. Le but est de permettre aux anciens élèves des sections de CAP ATMFC (agent technique en milieux familial et collectif), de CAP AEPE (accompagnant éducatif et petite enfance), du Bac pro ASSP (accompagnement soins et services à la personne) et du Bac pro SPVL (services de proximité et vie locale) de se retrouver pour la remise des diplômes autour d’un magnifique buffet organisé par les élèves du CFA et de leurs professeurs des métiers de bouche.

Cette année, le thème choisi était « Neige et hiver ». Les élèves de première SPVL ont été chargé de l’organisation de cette soirée. Le projet consiste à préparer l’accueil, les décors, les animations, les musiques de ce moment de partage ce qui représente un temps de travail de 4 semaines à raison de 5 heures par semaine. Le défi était dur à relever cette année car leur stage était au milieu des préparatifs. Le projet géré par Mmes KUSTER et PIMMEL était énergivore mais la soirée elle-même a récompensée tant les professeurs que les élèves.

Après un discours de bienvenue suivi du mot du proviseur M HEILI les élèves ont reçu leur précieux parchemin. Le buffet a été servi puis plusieurs animations proposées : blind test bruit des animaux, parcours sportifs, blind test musique actuelle et enfin un peu de danse pour finir la soirée. Le froid et les problèmes de transport n’ont pas entamé la bonne humeur des participants

Voici un petit aperçu en images

Ce moment a permis aux élèves de se retrouver mais aussi aux enseignants d’échanger avec leurs anciens élèves. A tous les participants un grand Merci !

On attend le thème de l’année prochaine avec impatience !

Opéra de poche pour les élèves de TCOM1

Les élèves de TCOM 1 ont pu assister, accompagnés de mesdames  HEINTZ  et GEOFFROY  à la représentation d’un opéra de poche «  CHARLIE » à la MAC  de Bischwiller.  Inspiré par la « bouleversante nouvelle de Franck  Pavloff  Matin Brun ».

« Charlie » est une réflexion sur le tri sélectif…A commencer par celui des chiens !

Pas noir ! mais bruns dit le nouveau décret.

En portant Matin Brun à la scène, l’auteur a voulu s’adresser aux plus jeunes d’entre nous, à ceux qui dans quelques années auront la responsabilité de construire le monde qui nous entoure pour le transmettre à leur tour à leurs enfants.

L’objectif pour madame Geoffroy (enseignante en Lettres histoire) était de dénoncer la barbarie qui prend souvent quand elle s’installe subrepticement l’apparence de petits détails de la vie ordinaire.

Charlie est une pièce qui fait réfléchir sur la puissance des dirigeants des Etats et  sur le statut de citoyen.

La deuxième partie a été consacrée à un débat sur le sens de l’œuvre. L’auteur nous a démontré que nous étions tous influençables et pas aussi libre de nos choix que nous le pensions. Même de nos jours, il y a des formes de propagande, qu’il fallait absolument défendre la démocratie car la dictature n’est jamais loin.

Meilleur Apprenti de France Charcutier Traiteur

Mercredi 27 novembre, le CFA du Lycée des Métiers A. Siegfried a accueilli la sélection Alsace du concours du Meilleur Apprenti de France Charcutier Traiteur.
Le premier de cette sélection ira représenter la région Alsace à la
finale de février 2020 au Salon de l’Agriculture à Paris.

Trois candidats sur les 8 présents étaient du CFA André Siegfried, ils
ont fini au 3 premières places !!!

  • Victor URBAN 3ème
  • Mathis POGGIALO 2ème
  • Martin DIEBOLD 1er et donc représentant de l’Alsace à ParisBravo à eux et à leur professeur M. FESQUET !

Sortie théâtrale à la MAC de Bischwiller pour les élèves du lycée des métiers André Siegfried

C’est dans une ambiance festive que les élèves de 1 ARCU (accueil relation clients et usagers) et 1COM2 (commerce) ont pu vivre une expérience inoubliable, participer à une enchanteresse version du chef d’œuvre de Mme de la Fayette : la princesse de Clèves. En effet, assis autour d’une table aux premières loges de la cour de France, en compagnie d’une princesse, d’un Duc, d’un roi, d’une reine. Les élèves ont pu s’imprégner de l’histoire en faisant partie intégrante de la mise en scène. L’histoire est simple, une princesse déjà mariée, un duc passionnément épris et des êtres qui se livrent à la séduction et aux manigances.

Ajoutez à cela de la musique baroque. Benoît Schwartz (comédien et conteur) raconte et joue le texte de madame de Lafayette, propose à chaque spectateur élève une complicité autour d’une table dressée. Avec délicatesse un lien se tisse avec les convives qui incarnent sans la jouer la légende et partage le sentiment d’avoir vécu ensemble un voyage unique. Il a parsemé son récit de délicieuses anecdotes moyenâgeuses puis fait servir le goûter conçu dans l’esprit de l’époque.
L’idée pour madame Latifa GEOFFROY enseignante en Lettres histoire était d’une part de s’approprier le roman de madame de Lafayette du XVIIème siècle (l’un des plus austères et complexes de la littérature ) par le biais du théâtre et d’autres part faire comprendre aux élèves comment l’œuvre dramatique prend toute sa signification dans sa réalisation sur scène et, au-delà, de leur faire découvrir les ressources de signification que permet l’association du verbal et du non verbal.
Pour les élèves, ce fut une réussite. Ils ont apprécié et joué le jeu! Que ce soit pour Elsa (1 ARCU) « C’était original, d’être dans la peau d’un personnage » ou Seda (1ARCU) « c’était passionnant car je n’étais pas seulement spectateur, ce qui m a permis de comprendre l’histoire rapidement»

Pourquoi ces sorties au théâtre ?
Les sorties théâtre permettent de s’enrichir du patrimoine culturel existant, de se familiariser avec des textes d’auteurs classiques et contemporains, forcément plus vivants quand ils sont interprétés que quand ils sont lus dans un livre. Par ailleurs, cette invitation à la découverte du théâtre sollicite des capacités de concentration, d’observation, d’écoute et de compréhension, ouvre sur des formes d’art très variées et des cultures et univers qui le sont tout autant.
En effet, la volonté du lycée André Siegfried est de sensibiliser les élèves à l’école du spectateur. Il ne s’agit pas d’aborder l’art en simple consommateurs. Par des rencontres préalables avec les auteurs, comédiens et /ou metteurs en scène, des échanges après le spectacle, des retours personnels écrits, ils apprennent les codes régissant ce milieu, les métiers qui le constituent et les valeurs qui y sont véhiculées.
Enfin, grâce à ces projets, les lycéens développent l’esprit critique, le but étant de pouvoir, à la fin d’une représentation, exprimer un point de vue personnel sur ce qu’ils ont vécu et de le justifier en argumentant.
Belle expérience pour ces lycéens et surtout pour l’enseignante car 54 élèves qui ont adoré, c’est juste magique !